Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



Entre la prise de courant et la prise de conscience…l’humain automate !

azone.png

La « Zone Extrême » mettait en scène sur un plateau TV un individu face à l’Autorité. Le jeu consistait à punir par décharges électriques de plus en plus importantes un candidat en fonction de ses réponses incorrectes liées à un questionnaire préalablement mémorisé. L’augmentation des décharges électriques était bien entendu un facteur important dans le déclenchement d’une série de comportements complexes de la part du questionneur, traduisant un conflit intérieur chez cet individu cobaye. A la fin de ce « jeu », nous apprenions que plus de 80% des questionneurs avaient infligé au candidat une décharge de 460 V sous l’influence de l’autorité du présentateur de l’émission (à leur décharge), beaucoup moins nombreux étaient ceux persistants dans les sanctions suite au départ de la « présentaCtrice »…(A n’en pas douter,  les candidats des élections régionales, dans ce même fauteuil sous haute tension, auraient probablement bénéficié d’un meilleur score ! sans contrainte d’autorité, quoique…). Le psychanalyste référant proposait au cours de l’enregistrement de l’expérience son avis (autoritaire) concernant la TV en général, sorte de totalitarisme en elle-même…Prétendre que la télévision est un totalitarisme, c’est à la fois vrai et faux car à mon sens, la TV se contente ici de faire un « copié collé » d’autres formes de « totalitarisme » que nous subissons ailleurs ! La TV, c’est avant tout un moyen de communication qui peut exercer un pouvoir autoritaire mais en s’appuyant sur une base, uniquement constituée d’autres formes d’autorité (on ne parle pas ici de manipulation par l’information/désinformation). Bref, une sombre émission qui expose à la lumière les mécanismes de défense tel le rire, la négation de la victime, le report de l’acte sur le « donneur d’ordre ». Une série de défenses déculpabilisantes pour le tortionnaire (produit de la société) en proie à un conflit intérieur et extérieur avec une hiérarchie directe (tout ceci étant une illusion, une image inconsciente de la « hiérarchie » créée au moment de la petite enfance et qui n’existe que dans un imaginaire bridé et conditionné) ce qui sous entend chez l’individu incapable de recul sur lui-même et ses décisions, une « perte de conscience ». Cette obéissance stricte et irréfléchie perturbe les pensées car le bien et le mal deviennent des notions floues et contradictoires. Désobéir ou faire souffrir ? cruel dilemme pour le questionneur… En effet, la désobéissance envers l’Autorité introduit le paradoxe de « se désobéir » puisque nous sommes conditionnés depuis notre enfance à obéir à ce qui est ou qui semble juste, au Père tout puissant ! Ainsi, et en règle générale, nous subissons au sein du cercle familial une première forme d’autorité, la plus importante, celle qui déterminera notre personnalité future. Bien évidemment, il existe d’autres paramètres à prendre en compte dans la construction de soi mais ce sont des greffes tardives qui ne modifieront pas le schéma de base de l’individu. Pour la plupart d’entre nous, l’éducation constitue un premier barrage à la liberté totale d’action, de pensée etc…et elle prépare indirectement le relais à d’autres règles morales et autres, à la soumission d’une religion, d’un professeur, d’un représentant de l’Ordre (aidé, il est vrai par le code des couleurs, la couleur bleu marine symbolisant l’autorité…), de la Loi (aidé par différents codes là encore, pas le pénal ni le civil mais des instruments de l’autorité comme la robe noire et la position haute du magistrat). Bref, nous pourrions aussi entrer dans les détails de l’obéissance et de la récompense (Napoléon et ses hochets) et d’autres engrenages élaborés, d’autres méthodes comme la technique du matraquage que l’on retrouve dans la publicité, dans les sectes, ces manipulations subconscientes, de l’hypnose etc…mais ce qu’il faut retenir au final, c’est que nous sommes tous des bourreaux potentiels. Tous coupables ! même le rebelle, le marginal, le « décalé » des sociétés modernes qui est lui aussi une victime du système, catalogué et manipulé comme les autres par une certaine forme de communication (publicitaire) qui lui est destiné. Personne n’échappe à l’autorité qui trouve toujours le moyen de communication adéquat pour exercer son influence, manipuler la conscience et donc la parole, le geste et le comportement des personnes dites intelligentes. Une émission qui aura le mérite de nous poser la véritable question : « Qui sommes nous vraiment ? » le travail à faire sur nous-mêmes pour se libérer de notre prison intérieure est comparable à celui de Sisyphe ! c’est le combat permanent de l’ermite méditant sur la nature de son être et qui consiste à détruire les « enveloppes » de son Moi, sans cesse renaissantes qui entravent la véritable conscience, qui empêche d’accéder à la lumière, à la connaissance de Soi ! « Se réaliser » véritablement pour prétendre au Bonheur (*sans Rolex au poignet…), c’est « boucler la boucle », c’est naître à nouveau, c’est prendre conscience que n’être/naître rien, c’est être Tout. A méditer…

(lire les dangers de la communication sur ce blog)

*Il fallait remettre les pendules à l’heure

(Sujet de philo similaire : L’objet technique peut il asservir l’homme ? Oui dans un certain sens et non dans un sens certain !
Je m’explique, l’objet technique peut asservir l’homme dans le sens ou l’homme décide de se laisser asservir par cet objet, c’est donc un moyen de penser le monde à travers l’objet technique et d’émettre une volonté d’asservissement ; il n’en reste pas moins le concepteur/créateur et donc le maître ! Quelque soient les propriétés et performances de l’objet technique, la notion d’asservissement est tronquée car non réelle !)

 

.
 

Prochainement sur vos écrans…

cinmatographelumire.jpg

Les frères lumières inventèrent le cinématographe il y a 115 ans et réalisèrent le premier film 3D en 1903 : « L’arrivée du train ». D’ici peu, le cinéma 3D sera la nouvelle norme dans nos salles. Nos chaumières accueillent déjà le premier écran (bientôt obsolète) 21/9ème Led Edge qui devrait s’incliner rapidement devant l’écran du futur (tout est relatif) « Direct 3D » (sans lunettes) ! Une 3D qui disparaitra elle aussi, au profit d’un nouveau et luxueux cinéma holographique ! Les effets spéciaux seront axés sur les vibrations, réactions thermo-dermiques et Odorama (certains se souviennent du film odorant « la muraille de Chine » projeté en 1959 et de la diffusion à cette occasion de 72 odeurs différentes par climatisation !). Sur le marché des particuliers, le casque panoramique 3D et la vidéo projection holographique verticale pourrait mettre un terme à la suprématie des écrans plats « Direct 3D », une révolution ! Certains films interactifs permettront au « spect-acteur » d’intervenir à tout moment dans son film, en modifiant par ses déplacements de volume ou par le son, la texture holographique, elle-même couplée à une IA adaptative ! Si la frontière entre acteur et spectateur tend à disparaitre, il est utile de rappeler que le théâtre/spectacle interactif (de Robert Hossein) se distingue encore aujourd’hui par son incroyable modernité en comparaison à la technologie audio-visuelle actuelle et à venir ! Rien de nouveau sous le soleil ! (clin d’œil à C.C) lorsque l’on sait que les premiers films étaient diffusés dans les théâtres avant la création du cinéma, la boucle est bouclée…

frereslumieres.jpg

(pour ceux que le film 2012 aurait déçu par l’absence d’effets spéciaux 3D, qu’ils se rassurent, avec un peu de chance, la version « Live 3D » du film sera disponible le 21 décembre 2012 d’après le calendrier…maya, pas celui des sorties de films !)

.
 

Les Dangers de la Communication

megaphonegirl.jpgmoutonsdepanurge.jpg

Les étudiants en communication publicitaire des années 90 connaissaient la classification du Dr en psychologie sociale Bernard Cathelat ; désormais on ne compte plus les socio-types et socio-styles proposés par les « scientifiques » de la communication et autres « inventeurs » de codes-concepts comme Daniel Goleman et Séguéla (le bouffon des Rois-Présidents). Comment faire du fric avec du vent sous prétexte d’apporter une solution aux rapports humains « conflictuels » ? Apprendre à véhiculer l’information, pièce maitresse du jeu de rôle en milieu professionnel ou familial n’est pas chose aisée si l’on en croit les auteurs et chercheurs des mécanismes intervenant dans l’échange verbal et non verbal. Ces experts tentent d’intellectualiser l’informel, incapable d’appliquer eux-mêmes leurs propres recettes-conseils, ils se bornent à écrire des bouquins…qu’ils devraient lire. Les facteurs innombrables en constante évolution composant une personnalité font qu’il est impossible de fixer des limites là où il ne peut y en avoir et le partage de ces outils plus ou moins complexes peut aider mais en aucun cas servir à établir des dogmes sur les relations humaines. Loin des gourous de la com, votre sensibilité, intelligence et expérience des rapports humains suffisent à établir un contact productif. L’adaptation à l’autre ne doit pas être fausse et calculée mais instinctive et vraie… Certains auront une connaissance intuitive et instinctive d’un individu sans avoir recours à un artifice de type Ennéagramme (nouvelle version), Synergo(go)logie, ou autre béquille et seront capables de s’adapter en communiquant de la meilleure manière, contrairement au psycho-rigide, à l’affût du nouveau pack complet estampillé communication. Dernièrement, l’autiste asperger Daniel Tammet définissait l’autre par le chiffre (ou le nombre) et se rangeait lui-même en profil 4 (calme, timide), il classait Elise Lucet, la journaliste Fr2 en profil 10 (positive, bienveillante), preuve que chacun d’entre nous peut composer à sa guise et selon sa propre expérience, une armoire à tiroirs pour chaque type de personnalités rencontrées (et en déduire la CSP, le niveau d’éducation, les principaux traits psy en fonction du vécu etc…) « L’ordinateur compresse les chiffres, moi, je danse avec… » D.Tammet. Cette citation, que je détourne, confirme le besoin inutile et vain de conceptualiser et d’emprisonner l’égo par une méthode qui consistera à tout mettre en œuvre pour le libérer ! Créer le besoin et proposer un plan de sauvetage, une belle arnaque du coach en communication…

« Ne vous laissez pas asservir par la pub ! Faites-en ! » Ce slogan, le mien, fut retenu en 1992 parmi tant d’autre à ma grande satisfaction par le jury d’une grande école de commerce. Aujourd’hui, il suffirait de remplacer « pub » par… « com » ! À bon entendeur…

(Entre la raison et la passion, prenons l’exemple de ce chercheur au CNRS qui dévoile par ses travaux la non existence de l’Amour, sorte de machinerie hormonale selon lui, une imposture. Ainsi, l’Alchimie Amoureuse serait avant tout…chimique. Malgré ce constat, notre chercheur en mal d’Amour ne le cherche plus puisqu’il finit par le découvrir, loin des tubes à essai. Conscient d’être victime du dictat de ses hormones et capteurs phéromones il se découvre, humain, avec ses faiblesses. Ce que j’essaye de vous dire à travers cette anecdote, c’est que les vieux reflexes qui vous caractérisent et vous trahissent dans la forme resteront toujours à la  surface de votre Océan de pensée et ne seront jamais gommés par le coach en communication, juge et bourreau de ce qu’il croit bon devoir définir comme vos « faiblesses relationnelles » et ce, malgré vos efforts…financiers).

Ajout de dernière minute suite à l’émission du Samedi 07 Mars « Salut les Terriens » d’Ardisson. Malgré les contraintes du moment, la magie du hasard vient de me permettre d’écouter Daniel Tammet qui fustigeait la méthode dans le milieu enseignant, une méthode qui ne laissait aucune place à l’Intuition ! trop rigide, restrictive et ennuyeuse (trop scolaire !), une méthode qui étouffe les consciences. Voila qui apporte de l’eau à mon moulin !

Dernièrement, l’homme au QI de 150 (émission secret story) a du reconnaitre ses échecs relationnels. En effet, il n’a jamais su intégrer la donnée « sensibilité humaine » dans ses réflexions basées sur une logique primaire… Comme disait Oscar Wilde : “La logique est le dernier refuge des gens sans imagination”.

La logique étrique, l’imaginaire libère…

.
 
  • Auteur:

    remondiere

    • Album : Articles Journal L'union de Reims
      <b>16172042.jpg</b> <br />
  • Sondage

    Pour ou Contre la Suppression des Départements ?

    Voir les résultats

    Chargement ... Chargement ...

Lemondedebono |
Les chroniques du vide méni... |
ElAyam en images |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Moon à Courchevel
| The Soul of a Slayer
| AHL EL KSAR